lundi 7 juillet 2014

Quand intégrer le petit alphabet mobile?

Les dictées muettes ça roule et pouf! on se dit que va falloir tout doucement commencer à fabriquer un 2e alphabet mobile...

Et zou, créativité me voilà! Je change d'avis en cours de réalisation (je voulais des croisillons) et je me retrouve avec moins de cases que prévu! Certaines lettres sont exilées mais elles sont bien là,  à l'étage. Et oui, l'erreur c'est aussi pour les mamans. Il est clair que j'ai appris!!!

Pourquoi un 2e alphabet?

Le grand alphabet mobile possède la même taille de lettres que celles des lettres rugueuses. La transition est donc idéale puisque l'enfant remarque bien, en les mettant les uns sur les autres, que c'est tout à fait identique (seules les couleurs changent).
Par contre, ce grand alphabet est vraiment TRÈS grand et pas facile à manipuler.

Le 2e alphabet est un peu plus pratique mais son intérêt se place surtout dans sa plus grande abstraction. Par le format des lettres, on se rapproche plus de l'écriture type. 2e intérêt, l'ordre des lettres est encore différent par rapport au grand alphabet et par rapport à l'affiche des rugueuses (à montrer dès que toutes les lettres rugueuses sont vues).
Pardon d'avance, je tente de nouveaux effets sur mon portable...


Quand le présenter?
Il faudra attendre la fin de la 10e dictée muette. Un grand pas se met en place à ce niveau. On recommence à partir de la 1ère dictée muette AVEC les étiquettes des noms que l'enfant déchiffre, place sous l'image avant d'écrire avec ce nouvel alphabet. Et oui, c'est le moment de l'auto correction!!

Un grand pas vers l'abstraction, je vous l'avais promis :) A la maison, ça y est, on attend de pied ferme ce passage! Avec de nouveaux sourires à la clé.

mercredi 2 juillet 2014

Nouvelles associations


Je vous avais déjà parlé des associations tour rose et escalier marron, ou encore celles des cylindres colorés dont on peut trouver des fiches d'exemple un peu partout sur le net. 

Et puis, comme je suis une adulte un peu stéréotypée, j'ai totalement eu besoin de ces fiches pour débuter les associations.

Depuis, nous continuons d'associer les diverses activités pour nous rendre compte des équivalences.
C'est ce qu'on peut appeler de la consolidation!! Tout le contraire du système scolaire habituel qui découpe tout et isole les savoirs... grrrr...
Ici, on joue aux ressemblances.

Ce qui est épatant (pour moi) et c'est pourquoi j'avais envie d'écrire, c'est que si on se lance dans le jeu, tester devient une habitude.

Un exemple : cette semaine, révision de la table de pythagore en y ajoutant la tour rose (voir également la première photo.)


Résultat, cet après-midi, ma fille m'appelle pour me montrer ça :


Elle avait eu l'idée d'une association entre la pyramide de perles et une figure de pyramide des carrés de la table de pythagore (que je n'avais pas encore vu, mais comme je le dis, je suis un peu conditionnée à ne pas voir trop loin). Elle a voulu l'expérimenter!!!

Et voilà ce qui m'a épaté : cette sûreté qui permet d'essayer, ces apprentissages qui leurs appartiennent totalement. Ils les manipulent et les intègrent au point qu'ils fassent partie d'eux. Et avec cette confiance, ils n'hésitent pas à CREER.

Bref, aujourd'hui, comme souvent, ce sont mes enfants qui me donnent des leçons! !