lundi 31 mars 2014

Petite comparaison : Steiner et Montessori

Je reprend ici une comparaison entre les 2 pégogies Steiner-Waldorf et Montessori, faite par Susan Mayclin Stephenson. Les notes en italiques sont de moi.

Une école Waldorf aux USA

Similarités

. Les 2 pédagogies sont basées sur de nombreuses années d'expériences, avec tous types d'enfants, autour du monde entier. 
. Toutes 2 ont un grand respect de l'enfant en tant qu'être à la fois individuel, spirituel et créatif. 
. Ces 2 pédagogies visent à protéger l'enfant du stress de la vie moderne et utilisent donc un minimum de technologies telles que la télé et le pc.
. Toutes 2 proposent une éducation totale de l'être à la fois sur le plan spirituel, physique, mental et psychologique plutôt qu'en suivant un programme officiel de connaissances académiques.
. Toutes 2 donnent une importance toute première à l'environnement naturel, à l'absence de plastique, de façon à rester connecté avec la nature et les matériaux d'origines naturelles.
.Les 2 systèmes basent leur éducation sur les besoins des enfants car elles estiment ainsi rencontrer les besoins de la société. De ce fait, les 2 pédagogies ont été écartées par le nazisme durant la 2nde guerre mondiale car elles refusèrent d'enseigner leurs idéologies.
.Les écoles de ses 2 pédagogies diffusent une grande variété d'activités artistiques, musicales, de danse et de théâtre à tous les âges. 

Classe Montessori à la maison


Les différences 

Programmes et contenus

Steiner-Waldorf
Les connaissances académiques ne sont pas enseignées avant l'âge de 7 ans. Au jardin d'enfant, les journées sont remplies par des créations, des célébrations de fête, des contes. L'imaginaire est prédominant. 

Montessori
À l'opposé, la pédagogie Montessori est remplie de matériaux basés sur le réel et le vrai travail tels que les soins de soi et de l'environnement (cuisiner, laver.) C'est plus tard que la doctoresse introduisit les matières académiques, à la demande des parents.



Méthode

Steiner-Waldorf
Le statut du maître est plus traditionnel. Au jardin d'enfant, les activités ont lieu avec un adulte leader qui explique. Plus encore dans les niveaux supérieurs où l'enfant écoute le maître. (A noter que ce dernier ne possède pas de manuel sur lequel s'appuyer pendant ses cours. A lui seul de rendre le contenu attrayant.) Les niveaux regroupent des enfants du même âge. Les adultes suivent très souvent les groupes du jardin d'enfant au niveau collège. 
L'art est exploité au coeur des enseignements académiques (allez voir les alphabets dessinés par les enfants de ses écoles!)

Montessori
La sociabilité est plus proche de la réalité avec des groupes d'âges mélangés comme les 3-6 ans et les 6-12 ans. Les leçons sont données aux enfants un par un. Et souvent c'est un autre enfant qui instruit un autre. L'enfant apprend les gestes exacts à réaliser selon le matériel.
Le choix de l'activité et du moment de sa réalisation est laissé à l'enfant, sous la direction de l'adulte qui peut parfois intervenir en le guidant.
La concentration est très profonde puisqu'elle est strictement respectée par les autres enfants.  

Imagination
Peinture wet on wet de toute beauté! 

Steiner-Waldorf
Le jeu et la fantaisie constituent la part de travail de l'enfant et interfère dans la façon dont va intervenir l'adulte : histoires fantastiques racontées par l'adulte (et non pas lues afin d'être plus vivantes). Les enfants peuvent utiliser le matériel comme ils le souhaitent.  

Montessori
La part imaginative de l'enfant est laissée aux activités artistiques. Le monde réel étant une création à part  (la doctoresse était pratiquante) l'enfant est introduit dans toutes ses variations. 
Le mot "travail" est utilisé à la place de "jeu" par respect de l'individu et est autant considéré qu'un travail d'adulte. 

En conclusion, mon petit mot personnel
L'auteur de ce texte, que j'ai tenté de traduire, l'avoue elle-même : en tant qu'éducatrice Montessori, elle ne peut qu'être parti pris... Cela dit, elle a eu l'occasion d'intervenir en écoles Waldorf.

Je voudrais donc ajouter quelques informations. En pédagogie Waldorf, on omet souvent l'importance des rythmes dans la méthodologie. Par exemple, les chants et les contes sont travaillés entre 2 et 4 semaines avant de passer à un autre. Personnellement je trouve cette idées révolutionnaire par rapport à notre vie moderne où on doit voir le plus de choses possible. Les enfants vivent intensément. Les fêtes de l'année sont sublimées. Et tout comme en Montessori, les enfants sont invités à participer à l'élaboration des repas et autres tâches du quotidien...
A noter aussi que l'âge tardif d'enseignement académique a une raison. L'énergie de vie de l'enfant doit être utilisée pour sa croissance et son développement. L'apprentissage ne doit pas interférer avec ces forces. Détournées elles ne rempliraient pas à 100% leurs fonctions ce qui pourrait laisser des dommages physiques et psychiques plus tard. C'est pourquoi la lecture n'est abordée qu'après les 7 ans (dernière chute des dents de lait.)


Pour moi, la grande différence entre ces 2 pédagogies au stade des moins de 7 ans, sont leurs point de vue sur le jeu et l'imagination.

Du côté de Montessori, peu de place pour le jeu (le matériel n'a qu'un seul usage) alors que pour Steiner, cette manifestation de l'enfance possède une source divine (dans le sens où le jeu permet la création du future adulte) qu'il faut absolument respecter. 
Alors que l'imaginaire est l'axe principal d'échange dans les écoles Steiner, il est hors de question de perdre l'enfant dans le non réel pour Montessori, où les histoires lues seront donc principalement celles de notre monde (comme la collection des Martine.)


... A savoir que nos deux pédagogues ont vécus à la même époque. Maria Montessori était docteur en médecine et anthropologue. Rudolf Steiner lui a connu une enfance très spirituelle et a beaucoup écrit sur ce thème. Ce qui explique sans doute leurs directions si différentes...



Irréconciliables? Je ne pense pas!

dimanche 30 mars 2014

Table de saison de printemps 2014

Avant que nous changions la table des saisons pour les fêtes de Pâques, j'avais envie de partager celle-ci avec vous...


Simplement parce que je trouve que c'est une des plus belles de l'année :)

La réalisation en quelques mots :

Comme pour toutes les tables de saison, on cherche à faire entrer l'extérieur. Et en ce moment on pense donc à du vert tendre, celui des nouveaux bourgeons... en cohésion avec la roue des couleurs de Goethe. Ce sera pour le tissus de fond.

Des fleurs qui poussent en ce moment c'est à dire tulipes et narcisses... La cueillette et l'arrangement est fait par les loulous.



Des trésors de ballades (bâtons, pomme de pin, cailloux...)

Des aromatiques cueillis directement du jardin.


C'est tout bête et les enfants passent du temps à regarder cette scène... un brin relaxant sans doute!

jeudi 27 mars 2014

Le dessin... sans forcer ou le paradoxe de l'art en éducation!

Alors que je n'intervient JAMAIS dans leur dessin (j'ai été à bonne école avec la philosophie Stern) je suis agréablement étonnée d'avoir assisté à l'émergence du bonhomme. SANS JAMAIS AVOIR TENTÉ DE MONTRER UNE TECHNIQUE.

La tête

C'était beau. Un moment très lumineux avec ce sourire absolu sur sa petite boune : elle avait réussi SON bonhomme. Celui qui venait de son fort intérieur. Pas celui d'un autre... (d'ailleurs ce n'était pas un bonhomme, c'était son frère.)


Je suis tellement heureuse de ne pas avoir cédé aux "mais elle ne fait encore que gribouiller à son âge (4 ans)?"

Quelques exemples : saura-tu trouver la chaussure de Cendrillon?

J'ai désormais une belle réponse :
Oui. Et alors? 
J'ai confiance en son expérience intérieure... Et de vous à moi, dessiner n'est-il pas un des plus beaux moments de l'enfance? Savez-vous que gribouiller est même encore un acte sacré? 

Pourquoi?!

Parce que le dessin reflète ce qu'il y a à l'intérieur de soi. Pourquoi forcer les enfants à faire de jolis dessins s'ils ne leur appartiennent pas? Cela est tout autant nocif que le jugement direct : on préfère qu'il dessine un bonhomme que tout le monde aime (un personnage généraliste) plutôt que ses "gribouillis", oh combien personnels, et qui ne sont pas prit au sérieux. Comment digéreriez-vous ça à sa place?

Intégralité

Et comment alors nos loulous pourraient devenir des êtres créatifs dans la suite de leur existence si nous avons couper à la racine leurs élans?

Je trouve cela d'autant plus bizarre que nous élevons au rang suprême des personnes comme Picasso (SON univers si spécial, si LUI!) Y'a pas comme un gros paradoxe?

Ps : je ne souhaite pas faire de mes loulous des artistes. Ils choisirons leur voie... ainsi je n'explose pas de joie en voyant leur dessin et en les félicitant 1000 fois. Je souris, point. Je peux aussi dire que j'aime ce trait et cette couleur et c'est assez. Pas d'interprétation.  Pas de jugement. Tout comme la critique négative, la critique positive est un frein. Et ouai... 

Au cas où tu voudrais en savoir plus...

mardi 25 mars 2014

Promenons-nous dans les bois...

Voici un hymne à la ballade! Juste parce que j'avais envie de poser des mots sur mes émotions mielleuses de retour de marche avec mes loulous. 

Ballade enfantine, sans destination à atteindre...

Celle un peu perdue, nous rendant presque seuls au coeur de la nature.

Celle qui nous permet de fouler le sol, le vrai, celui de la Terre.

Celle qui a plusieurs tours et détours.

Celle des "et si" : et si on montait là!? Et si on marchait sur ce tronc qui surplombe ce ruisseau. Et si on revenait sur nos pas?

Celle des pauses. Pauses repas, pause pipi, pause photo, pause cache-cache, pause grimpette sur un rocher.



Celles des courses. Rapides ou folles, tentant de rattraper le cours de l'eau. Silencieuses ou au contraire pleines de cris de joie et de peur.

Celles des curiosités et des milles souvenirs (qui augmente la dimension des poches des loulous.)

Celles où on fait ce qu'on veut. Comme se coucher là, comme ça. Juste parce ça fait du bien... tant pis s'il fait un peu froid!



La ballade LIBRE tantôt LENTE tantôt course effrénée un peu dingue. Celle, magique, d'être totalement présent en cet instant, de façon pleinement consciente.

Celle qui n'est pas sérieuse :)

lundi 24 mars 2014

Le choix?

Tout petit article cette semaine (je me remets de l'extraction de mes dents de sagesse... si sage que j'étais, je n'en avais plus le besoin, voyez-vous!) Temps idéal pour moi de m'attaquer un bon coup à cette pile de livres sur ma table de nuit.

Ma pile d'attente sur ma table de nuit. Reste la pile dans la table de nuit, celle du piano, des toilettes... Focalisons-nous sur le plus urgent d'abord :)

Je vais reprendre ici un extrait des 4 accords toltèques...

"Vous n'avez pas choisi de parler français. Vous n'avez pas choisi votre religion ni vos valeurs morales : elles étaient déjà là avant que vous ne soyez né. Nous n'avons jamais eu l'occasion de choisir ce que nous croyons ou non. Nous n'avons pas choisi la plus infime des choses à laquelle nous avons donné notre accord*. Nous n'avons même pas choisi notre nom."
Don Miguel Ruiz

*note perso : comprendre par là être d'accord d'être chrétien par exemple. On a pas choisit mais on a donné notre accord puisque nous avons gardé l'information.

Tout était là avant que nous naissions... avons-nous où le choix d'être ceux que nous sommes?

En tout cas, il est toujours temps de choisir. Maintenant.

Il y a le choix de tout plaquer et de partir vivre sur une île magnifique... ou il y a le choix de rester ici et de faire les choses différemment. Des choses qui nous correspondent à nous. Qu'importe ce qu'on nous a appris.

Et nous avons aussi le choix d'accepter les choix de notre voisin.
Sans le juger.
Comme nous voudrions ne pas l'être.

A nous de voir...

mercredi 19 mars 2014

Fuseaux et dictée muette

On avance tendrement à la maison.

Il n'y a pas que le calcul et le français, je vous rassure! L'évolution des loulous avec l'instruction à domicile est frappante en ce moment dans tous les domaines : danse, musique (le ukulele de Noël nous ravis finalement) et encore nage (louloute atteint les 10m de nage seule) et même, tada le vélo sans petites roues. Quel bond!

Je voulais tout de même vous montrer un peu où nous en sommes en images. Avec le passage de grands cap comme vous pouvez le voir avec la dictée muette seule :)

J'ai confiance en l'organisation de ma louloute : ça viendra, ça viendra...

Petite note : les images des dictées muettes sont prises tous les jours pendant une semaine, dans une petite histoire inventée par maman. Très vite, les noms sont parfaitement connus ce qui ne posera pas de problème au moment de la présentation :)

Les fuseaux. LE matériel à la mode cart prit et reprit CHAQUE jour depuis 1 mois :)
Je suis très contente de ces fuseaux faits maison, principalement de la boîte, que j'ai voulu plus lourde que du carton (en comparaison avec les boîtes de l'alphabet mobile) j'ai pris du contre-plaqué 3 mm recouvert de kraft autocollant!! Et oui, il est devenu le chouchou de ma fille qui ne s'en lasse plus... j'attendrai vraiment qu'elle le délaisse pour lui présenter l'addition des barres ou les jetons pairs/impairs. Après tout... nous ne sommes pas pressés!

lundi 17 mars 2014

La tempête bio

Coup de gueule aujourd'hui pour tous ceux qui entendent que je choisis de manger bio, et qui ricanent en m'expliquant que de toute façon il y a autant de vitamines dans un fruit bio que non bio (preuve mediatico-scientifique a l'appui)... hahaha et en plus tu te fais totalement avoir vu que c'est plus cher! Hahahaha...



Si tu te reconnais ici, je te répond une 2e fois!

Je ne mange pas bio pour plus de vitamines mais parce que JE NE VEUX PAS INGERER NI FAIRE INGERER A MES ENFANTS DES PESTICIDES. J'ai fait 8 années d'études en chimie, je sais de quoi je parle alors crois moi quand je te dis que c'est VRAIMENT t'empoisonner! On est en 2014 quand même les gars... move on!


jeudi 13 mars 2014

Avec le retour du soleil...

... reviennent les activités et les sorties!

Ce qui signifie aussi pour moi, moins de temps bloggesques! Et donc plus d'air! ! Je tenterai tout de même de petites incursions de photos en espérant vous donnez plein d'idées à faire avec vos loulous.

La semaine dernière il y a bien entendu eu carnaval... un carnaval pas comme les autres cette année :

Princesse bien protégée de sa bombe. 
Balade dans le village, confettis et donc... poneys déguisés! Avec remise des prix comme je les aime : pour tout le monde!! Petit loulou en pirate a eu le plaisir de nous accompagner... encore un peu petit pour monter mais peu à peu je sens bien que l'envie s'en fait sentir!

Il y a aussi eu des balades en forêt qui font du bien. Et qui nous a donné envie de redécouvrir not' chez nous : visite de la maison du fromage à Munster. Les enfants ont ADORÉ.

 http://www.maisondufromage-munster.com
Avec démonstration et dégustation. Bon... j'avoue que ma grande a particulièrement apprécié la dégustation lol.
D'autres expositions sur le même lieu notamment sur la forêt et le bois. Et une jolie présentation des étapes de fabrication de sabots.

A faire!

Dernier petit mot : SORTEZ AVEC VOS ENFANTS. Il n'y a pas que les visites payantes. La nature regorge d'endroits magiques pour les enfants : un ruisseau et des cailloux = 1h de plaisir (prévoir des vêtements de rechange.) A ce sujet je prépare quelques petits mots sur la pédagogie selon Charlotte Mason... à venir très vite.
Avec tout ça, nous avons passé 6 jours entiers sans la moindre vidéo : jackpot!

jeudi 6 mars 2014

Questions de volonté

Parfois je suis fatiguée, épuisée... et il ne s'agit pas uniquement d'une fatigue du corps. C'est moral...


Je suis carrément K.O.!

Je crois qu'il me manque un truc...
Pourquoi tant de fatigue? Parce que oui les loulous font du bruits, me demandent quantité de choses, plus l'instruction, les activités, les sorties, les balades et la fabrication du matériel. Hmmm... mais en fait, ça c'est de la bonne fatigue pour moi! Il manque quelque chose.
Je réfléchis encore...

Ce qui est le plus éreintant en fait, ce sont leur volonté.

Volonté inébranlable. 

Forte et incisive. 

Volonté. 

La leur... souvent contre la mienne. 

La mienne à côté est flasque et faible.
Comment ma volonté en est arrivé là? Parce que je devais bien en avoir aussi une forte non? C'est apparement obligatoire pour survivre pour un nourrisson, même de notre temps. Sans aucun doute chacun possède une volonté différente de force et de forme (génétique encore un coup à toi?) Mais tout de même où s'est perdue ma volonté?

Perdue?
Alors que je me suis endormie en me questionnant sur comment j'ai pu perdre cette volonté forte de l'enfance, je me suis prise à rêver d'une page de mon art journal que j'ai faite il y a quelque semaine (ah je te dis merci mon inconscient) la voici :

Intéressés par l'analyse de vos rêves? Visez Freud... très compréhensible! 

Il s'agit d'une marionnette dont chaque fil qui la maintient appartient à un domaine tel la société, le gouvernement, le travail... au point de se demander si ce personnage pouvait encore évoluer de lui-même. Voici donc, tient tient un thème qui m'a déjà absorbé... d'après cette première réflexion mise en image, notre volonté pourrait avoir été absorbée par des facteurs impersonnels et collectifs (notamment les médias, les gouvernements et les banques, symboles des plus grosses injustices de temps de crise hahaha)?

Ce qui nous amène alors à penser aux facteurs personnels, ceux que nous même connaîtrons uniquement : parents, amis, travail. L'éducation sans aucun doute... Les personnes qui ont joué de notre confiance...

C'est grave?
Notre volonté a donc pu être émoussée à travers les épreuves de la vie comme des milliers de petits grains de sable corrosifs qui nous auraient touchés. Est-ce possible de la retrouver aussi vibrante qu'au par avant?
Je me suis mis en place des petits exercices : ainsi quand des démarcheurs me contactent par téléphone ou au pas de ma porte, je me frotte les mains. Voici une bonne occasion de m'entraîner à dire non! De ne pas donner d'informations personnelles (on dit qu'un pigeon se lève tous les matins? Moi je n'en serait pas un.) Une crise entre les loulous, zou je ne flanche pas, je me réjouis car je me mets à l'épreuve!

Cela passe par la rédaction de ce blog en regardant en arrière ce que je fais pour mes enfants (toujours l'impression de n'en faire pas assez ou pas assez bien.)

Cela passe par se couper parfois de la société, par des petits moments de solitudes avec un bon bouquin et un bain, une soirée sans TV (ou plus de tv du tout si vous souhaitez tenter l'expérience d'une semaine)...

Cela passe par le respect de son corps : se reposer au besoin (le dimanche on ne fait rien, pas de ménage!), s'alimenter mieux (ça change énormément de choses.)

Bref, comme pourrait le titrer un journal féminin : on se bichonne.

Ce n'est sans doute pas assez.

Peut-être faut-il également évacuer les épreuves qui nous ont mordu. Alors je pense aussi à ce que j'ai pu traverser en regardant en face ces petits grains de sable, sans détourner le regard mais en essayant de comprendre ce qui a pu abîmé ma volonté.
Petit à petit, je la retrouve... elle est encore un peu timide... mais elle se gonfle! !

L'éviter? 
Le mieux, c'est bien sûr d'éviter d'abîmer cette jolie et performante volonté. Garder toute sa vie sa confiance en soi et son estime. Cela passe par une éducation bienveillante et positive (nos enfants ont une confiance totale en nous) : sans violence, coups mais aussi mots qui font mal, angoisse déplacée, punition et récompense, petits abandons depuis le bébé qu'on laisse pleurer jusqu'à l'enfant qu'on enferme pour laisser passer sa crise... Et je pense forcément (c'est un blog sur Montessori hein!!) qu'une instruction douce et agréable permet de garder cette volonté et d'en placer l'énergie à bon escient.

Bref!
Je crois que je suis jalouse de mes loulous. Un si belle force de vie coule en eux!