lundi 24 juin 2013

L'éducation selon Dolto

Fin de notre petite série des pensées de Dolto avec la plus grosse des questions... l'éducation.




- Il faut respecter le temps de développement de chaque enfant et ne pas le bousculer. Chacun va à son rythme.

- "Tout interdit pour un enfant n'a de sens que si l'interdit est le même pour les parents." Essayons d'expliquer  et d'informer plutôt de cette manière : "Si je touchais la casserole chaude, je me brûlerai."

- L'enfant ne cherche pas à atteindre un but. L'important pour lui est le moyen. C'est pourquoi il faut les laisser FAIRE.

- Laissons les caprices de l'enfant se dérouler... Ensuite, avec un grand calme, lui expliquer ce qu'il s'est passé.

- "Si, quand l'enfant a risqué quelque chose, on en parle avec lui, sans le gronder, il est immunisé pour la prochaine fois." On détruit le fruit de son expérience en ôtant le risque.


Pour en savoir plus, je vous invite à lire cet auteur. Certains ouvrages sont très accessibles comme les tomes de Lorsque l'enfant paraît qui reprend ses interventions à France Inter...

dimanche 23 juin 2013

Et nous, on en est où?

Et oui, cela fait un petit bout de temps que je ne vous ai pas donné d'information sur ce qu'il se passe dans nos apprentissages libres à la maison...

J'arrête là le suspense! Tout se passe très bien... Nous voilà dans une belle lancée avec le travail des lettres rugueuses. C'est vraiment fou la vitesse à laquelle ma fille apprend ses lettres-sons. Je pensais (tant que c'était de la théorie pour moi) que cela serait très compliqué, qu'il faudrait revoir plusieurs fois les lettres (en formation il s'agit bien de les présenter une seule fois, mais en tant que maman, vous savez bien, on doute, on doute) pour les savoir : queneni! Présentées 1 fois, une seule. Et puis de toute façon, si je les présentais plus que nécessaire, je sais que ma fille me remettrai à ma place "mais, maman, je sais!".

Et voici une petite photo... Il ne s'agit pas là d'une étape de présentation des lettres rugueuse mais une idée de ma fille dans son travail personnel. Puisque chaque lettre représente un son, elle a voulu mettre en relation la lettre et le son de l'animal (elle adore faire de la phonologie, au point où moi, je n'en peux plus!) Bref, je trouve ça magnifique!


Maman tu prends la photo mais je montre la jument alors!

Bref, c'est parti pour la lecture et l'écriture. Et avec bonheur en plus!

jeudi 20 juin 2013

Etre parent selon Dolto

Je continue ma petite série des selon Dolto... Cette fois, je m'intéresse à ce qu'elle a pu dire concernant la parentalité.




- Avant d'avoir un enfant, ou de penser à en avoir un, il ferait grand bien que nous pensions à notre enfance (et en guérissions).

- Avant la naissance de son enfant, et souvent avant même sa conception, les Hommes "cristallisent" des désirs (avoir une petite princesse, un fils, un enfant intelligent, un costaud...) Soyons-en conscient pour accepter l'enfant à venir tel qu'il est et non pas tel que nous souhaiterions qu'il soit.

- En nous, il y a les souvenirs de nos ancêtres. Pour moi, cela signifie (en plus des gênes) que les pathologies de nos parents nous poursuivent (justement à cause de leur enfance non guérie, ou à cause de leur projection sur nous de leurs désirs). 

- Le désir est un peu la base de tout. Il est à l'origine de la naissance d"un enfant, qui a désiré naître. Puis de l'union entre 2 êtres... Le mystère fait naître le désir. Si trop de sécurité il y a, on étête le désir et le risque. Le risque est nécessaire pour se sentir à chaque instant, vivant, mis en question.




mercredi 19 juin 2013

La communication selon Dolto

Voici, reprises succinctement ici, quelques idées fortes de la communication avec l'enfant, selon Dolto :



- Il faut parler aux bébés en tant que personne.

- Adressons-nous aux enfants directement et ne parlons pas d'eux devant eux.

- Évitons de dire à nos enfants des mensonges, ou de passer sous silence parce qu'on juge qu'ils ne pourraient pas comprendre. Soyons sincères envers eux.

- Il n'est pas mauvais d'informer un enfant sur les risques qu'il encoure (chutes, brûlures, utilisation d'une moto). A CONDITION de ne pas l'empêcher d'agir par lui-même.


J'imagine que si vous lisez ce blog, vous devez déjà appliquer ces quelques notions... Mais il est toujours intéressant de diffuser ces idées (surtout la dernière, la plus difficile pour les mamies, lol)! Et je trouve que ces idées se recoupent beaucoup avec celles de Maria Montessori.

mardi 18 juin 2013

Une bien jolie vidéo

Ahhh les beaux jours... Tous ces beaux bidons qui se dévoilent... Oui oui, mesdames enceintes de mon entourage, vous me donnez l'occasion de poster cette petite vidéo magique...


En espérant donner des idées à toutes les femmes!

samedi 15 juin 2013

John Holt : aujourd’hui encore son discours reste d'actualité

Et voilà voilà... ce qui devait arriver, arriva. 
Messages après messages, je passe de la pédagogie Montessori à l'unschooling (carrément. "Vais ptêtr" même finir par vous lancer sur les apprentissages informels si ça continue...!) Et comment en parler sans évoquer les travaux de John Holt?

Il est l'auteur d'un livre dont je vous ai déjà parlé ici : les apprentissages autonomes.



Et puis j'ai décidé de remettre ça, avec Apprendre sans l'école...



Ce monsieur n'est plus à présenter si vous vous êtes intéressé (même un peu) au homeschooling. Enseignant pendant 10 ans, l'auteur s'est beaucoup investit dans l'éducation et se posait beaucoup de question, notamment sur la relation élève / professeur... Oui, comment se fait-il que les enfants, naturellement avides d'apprentissage, en perdent tout goût à l'école? L'école est-elle encore un ascenseur social? (euh.... là, c'est facile, et vous le savez : non!) A quoi sert-elle? A qui sert-elle? Est-il possible de la réformer? Comment aider un enfant-élève quand on travaille et qu'on ne peut le déscolariser?

Passé les premiers chapitres (je dois avouer que les premières pages étaient difficiles à avaler) le livre est un condensé de réflexion qui vont au-delà de l'école pour s'intéresser à la société qui a besoin de l'école (des adultes qui utilisent l'endroit pour ne pas avoir des enfants dans les pattes, à la nécessité pour les pays de "briser" les élans afin d'en faire de la main d'oeuvre qui ne se rebellera pas à effectuer diverses tâches.) Bref, l'école en prend pour son grade... et lui, nous donne des pistes. Ecrit en 1976, l'ouvrage reste tout à fait frais (bien qu'aux USA l'école à la maison n'est plus hors-la-loi.) 
Et oui, ici, dans ma petite tête de maman, ça cogite! Surtout quand il évoque une école, comme modèle (dans le sens où si on ne peut se résoudre à les éliminer, le "moins pire" ce serait de faire comme...) : Ny Lilleskole.


Et voilà un documentaire qu'il réalisa sur cette école danoise.



On se lance?